What are you looking for?
Crise de folie après le caca : mais pourquoi ?!
17 septembre 2015
11978 visites

Crise de folie après le caca : mais pourquoi ?!

Les amoureux des chats savent bien que leurs petits compagnons félins ont de drôles d’habitudes en ce qui concerne les usages aux toilettes. Il y a ceux qui ne font pas là où il faut (signe de mal-être)… et puis il y a ceux qui font les 24h du Mans après avoir posé leur petit caca. Ou ceux qui sautent sur les meubles, se pendent aux rideaux, le tout avec des yeux de fous. Un comportement hilarant certes, mais surtout mystérieux ! A ce titre, les vétérinaires et scientifiques se divisent presque autant sur leurs hypothèses que les archéologues sur l’emplacement de la tombe de Nefertiti (c’est dire).

Certains pensent donc que cette crise de folie post-défécation est un reste d’instinct de survie : prendre la poudre d’escampette et surtout ne pas s’attarder, de peur qu’un prédateur ne remonte la piste odorante jusqu’au petit kitty ayant produit l’agréable fumet…

D’autres, dont certains vétérinaires, se demandent s’il ne s’agit pas là d’un signe d’inconfort, symptôme d’une allergie alimentaire voire d’une infection.

D’autres encore estiment que l’usage de la litière pourrait apporter un grand sentiment d’énergie retrouvée aux chats, qu’ils dépenseraient en pratiquant un de leurs exercices favoris : courir frénétiquement dans tous les sens.

Encore une autre théorie : si les chats courent, c’est peut-être pour se débarrasser de petits restes… Quant aux chatons, certains aficionados des félins pensent qu’ils ne supportent tout simplement pas l’odeur de leurs petits cadeaux !

Last but not least : et si ces crises de folie n’étaient tout simplement que des manifestations de joie et d’exaltation ?

Chez les humains, le nerf vague, qui va des cellules du cerveau jusqu’au côlon, et qui est stimulé durant la défécation, peut entraîner toute une variété de réactions, y compris, donc, des sentiments de plaisir et d’exaltation. Il se pourrait bien que le même phénomène se produise chez les chats, la seule différence entre nous étant que nous ne piquons pas un sprint en sortant des toilettes (c’est parfois en entrant en revanche :p ) !

Interrogée par le site The Dodo, Erin Willis, spécialiste en physiologie animale à l’Université de l’Oklahoma, estime que ce comportement de folie observé chez les chats manifesterait clairement un sentiment de joie et de soulagement. Néanmoins, peu de recherche scientifique a été menée en la matière… Le sujet n’a pourtant rien de fumeux !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* = Champ requis