What are you looking for?
Même mon chat est mauvais pour ma santé !
28 octobre 2015
889 visites

Même mon chat est mauvais pour ma santé !

En ce moment, tout est nocif ou cancérogène : la viande rouge, l’air qu’on respire, le tabac… Sans nier qu’un abus de consommation de certaines substances ou aliments puisse être mauvais pour notre santé, on ne peut pas s’empêcher de trouver l’ambiance un peu morose… Bientôt, que nous restera-t-il, à part boire un bon verre d’eau de pluie en guise de repas ! Bref, il y a de quoi se sentir un peu perdu.

Face à cette angoisse généralisée, nous avons spontanément envie d’être réconfortés par nos compagnons humains et animaux, chiens, chats, et autres compagnons fourrés. Et nous avons raison, notamment en ce qui concerne les chats. Une récente étude publiée dans la revue Animal Cognition a démontré que Felis Catus familiaris comprend bien plus les états d’âme humains que ce que l’on pensait. A noter bien sûr qu’il ne s’agit pas pour eux de comprendre précisément nos émotions. Mais les chats seraient finalement très attentifs aux humains et à leurs expressions.

Morgan Galvan et Jennifer Vonk, deux scientifiques de l’université de Oakland, en Californie, ont étudié 12 chats accompagnés de leurs propriétaires. Ils ont observé les comportements des félins en fonction de deux expressions adoptées par leur maître : un sourire ou une moue. Le résultat est immédiat : lorsque l’humain adopte une attitude joyeuse, le chat va avoir en majorité des comportements positifs. Il va ronronner, se frotter sur les jambes de son propriétaire et chercher à se coucher sur ses genoux s’il en a la possibilité. Il est également bien plus présent. Dans le cas inverse, quand le maître adopte une expression faciale plus renfrognée, le chat va être peu présent et va moins démontrer son affection. La lecture des expressions du visage par les chats se fait indépendamment de l’expérimentateur. En effet, lorsqu’ils ont été confrontés au visage d’un inconnu, ils ont eu les mêmes réactions que quand la personne présente était leur maître. Moralité : les chats savent faire le lien entre nos états d’humeur et notre attitude envers eux. Ergo, ils sont attentifs à nous. Cela expliquerait donc pourquoi ils nous font tant de bien !

Dangereux pour notre santé mentale

Donc nous avons d’un côté ceux qui ont pu constater les effets bénéfiques et apaisants des félins sur leur vie et leur psychisme, et puis de l’autre… des chercheurs de l’université du Michigan qui estiment qu’au contraire, les chats sont une menace pour leurs maîtres et favorisent chez eux le développement de l’anxiété (faudrait savoir !!).

D’après l’étude de ces chercheurs, le coupable serait un parasite dont les chats sont fréquemment porteurs, Toxoplasma Gondii, qui élit domicile dans les déjections de nos compagnons (décidément, les chats et le caca, c’est une histoire sans fin…!)

Pour établir le lien entre l’anxiété et le parasite, les chercheurs ont étudié les échantillons sanguins de 450 adultes. Ils ont ensuite constaté que les échantillons dans lesquels se trouvaient des anticorps au parasite correspondaient aux cobayes présentant des troubles anxieux généralisés (ou TAG). Ils ont également observé que les cobayes présentant le plus haut niveau d’anticorps étaient en moyenne trois fois plus sujets aux TAG. L’étude affirmerait ainsi que le parasite entraînerait un excès de dopamine dans le cerveau, qui perturberait la transmission des signaux entre les cellules et provoquerait les troubles. Les TAG se traduisent par un état d’anxiété constant, accompagné d’une accélération du rythme cardiaque, de l’agitation et un souffle plus rapide.

Ce parasite qui est à l’origine de ce qu’on appelle communément la toxoplasmose nous terrorise pourtant depuis longtemps, puisque l’on déconseille aux femmes enceintes d’approcher les chats, cette maladie pouvant entraîner des fausses couches ou la mort du nourrisson à la naissance. Ce que cette fois-ci les chercheurs ont tenu à préciser, c’est que dans 80 à 90% des cas, la toxoplasmose n’entraîne aucun symptôme, et le porteur ne peut donc pas savoir s’il a été infecté ou non.  Pour minimiser les risques, une recommandation simple : la prochaine fois que vous changez la litière de Kitty, portez des gants !

Angoisse, fausse angoisse…

Alors, le chat est-il bon ou mauvais pour nous ? Il est quand même étonnant de lire à quelques jours d’intervalle deux études résolument contradictoires sur le sujet : d’un côté, un animal bénéfique contre notre stress, de l’autre une créature générant des troubles anxieux… De quoi devenir effectivement un peu schizophrène !

Peut-être faut-il tout simplement faire preuve de bon sens (exemple au hasard : ne pas plonger la tête la première dans la litière du chat) et se référer à notre propre expérience empirique avec notre compagnon. Si les chats étaient si anxiogènes, nous ne serions pas 11 millions à en posséder.

De là à dire qu’il ne faut pas considérer tout ce que la science nous dit comme parole d’Evangile… il n’y a qu’un pas 🙂

Plus d’informations

Lien direct vers l’étude de Galvan & Vonk : http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10071-015-0927-4

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* = Champ requis