What are you looking for?
Maître et animal en visite chez le psy
11 janvier 2016
2630 visites

Maître et animal en visite chez le psy

Malgré son nom, Cookie peut être impressionnant pour tout passant qui connaît peu les chiens : grand, musclé, une belle tête bien carrée et la mâchoire qui va avec, une sorte de mélange d’American Staffordshire terrier et d’American bully. Pourtant, Cookie est adorable avec les humains. Le problème de ce chien mâle de 4 ans, selon ses propriétaires, c’est son rapport avec ses congénères. « Je crois qu’il ne sait pas se comporter », explique sa maîtresse. De son propre aveu, elle ne le lâche jamais en liberté lorsqu’elle le promène, car elle a trop peur d’une bagarre. Son mari est plus confiant : « Je le promène environ 45 minutes tous les jours et je n’hésite pas à le lâcher. Il obéit très bien au rappel, et il n’y a jamais eu de bagarre lorsqu’il était en liberté. La seule fois où il y a eu un accrochage, il était en laisse, et un autre chien est venu sur lui. C’était très impressionnant, mais il n’y a rien eu de grave ».

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull

Crédit : EC

Néanmoins, c’est à la suite de cet incident que le couple a souhaité prendre rendez-vous en médecine du comportement au CHUVA (Centre hospitalier et universitaire d’Alfort), une structure hospitalière au sein de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, qui dispense toute une offre de soins pour les animaux de compagnie. C’est là qu’officie Thierry Bedossa un jeudi sur deux. Vétérinaire comportementaliste très reconnu, il passe la journée entière à recevoir en consultation des chiens et des chats qui démontrent des « troubles du comportement ». Le travail peut être parfois difficile avec l’animal, selon les individus. Mais dans presque tous les cas, c’est surtout le propriétaire et son comportement avec son animal qu’il faudra décortiquer, analyser, expliquer, afin de remonter à la source du comportement problématique et de trouver les solutions pour le faire disparaître.

Pour les propriétaires de Cookie, il y a une échéance : dans 3 semaines, il devra être gardé par une dame qui possède 3 chiens. Il est donc impératif pour Thierry de voir ce dont il est capable et comment il se comporte avec ses congénères. Dans la salle de consultation, construite comme un petit amphithéâtre, se trouvent les prochains patients avec leurs compagnons, des étudiants vétérinaires, ainsi que Sarah Jeannin. Jeune psychologue clinicienne et doctorante en éthologie animale, elle assiste Thierry dans ces consultations depuis un an et demi, mais a une mission bien spécifique : mettre l’humain en confiance, offrir une écoute bienveillante, afin d’obtenir un maximum d’informations sur l’animal. Tout le monde observe la consultation avec une grande attention et les étudiants sont vivement invités à aider Thierry dans l’établissement de son diagnostic.

Thierry Bedossa vétérinaire pitbull médecine du comportement chuva maisons-alfort vétérinaire comportementaliste

Crédit : EC

Thierry attache une longe au collier de Cookie, longe qu’il ne lâchera jamais de toute la séance. Mais il laisse le chien libre d’aller où il veut, sous étroite surveillance. Bédo, la chienne labrador de Thierry, est également dans la salle, ainsi que le chien de la patiente suivante. Elle dort très tranquillement, jusqu’à ce que Cookie vienne la voir.

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull

La séquence d’approche de Bédo commence… (Crédit : EC)

La réaction ne se fait pas attendre : aboiements assez agressifs qui signifient plus ou moins « dégage » !

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull

Cookie se risque à approcher Bédo dans son sommeil, de façon un peu vive… (Crédit : EC)

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull

Bédo n’aime pas trop l’approche de Cookie, la réponse est sans appel ! (Crédit : EC)

Ce sera la seule « anicroche » de la séance. Cookie finira par se coucher en grenouille ou aux pieds de ses propriétaires, après quelques abondantes léchouilles aux autres personnes et notamment à Thierry !

thierry bedossa chuva médecine du comportement chien pitbull

Hyper friendly avec les humains ce Cookie 🙂 (Crédit : EC)

Pour le vétérinaire comportementaliste, le diagnostic est très simple : « J‘ai vu ce que je voulais voir : tirait-il sur la longe ? Etait-il brutal au point d’ôter son collier ? Etait-il difficile à maîtriser alors que d’autres chiens étaient dans la pièce ? Non. Cookie est un chien très familier avec l’homme, il est un peu agressif envers ses congénères, mais il reste facile à maîtriser. J’ai cru comprendre qu’il était dans sa famille depuis l’âge de 10 jours, et qu’il avait grandi avec un autre chien de la même lignée. Peut-être a-t-il eu un problème lors de son sevrage, ou sa maman ne lui a pas appris les inhibitions nécessaires pour se comporter correctement avec les autres. Heureusement qu’il a pu se développer au contact d’un autre chien plus âgé ! Mais il n’est pas agressif en toutes circonstances, il manque simplement de bonnes conduites sociales et il a besoin qu’on les lui apprenne. C’est un travail de longue haleine, qui va prendre quelques mois. Je vous conseille de vous adresser à un éducateur qui a des chiens régulateurs, à raison de deux séances par semaine. Cookie est sans doute davantage dans une optique de jeu que de combat, mais il est énorme et porte sa génétique. Les chiens régulateurs lui apprendront qu’il vaut mieux jouer ou ignorer que de se battre. »

Concernant le problème immédiat de la pension, Thierry conseillera aux propriétaires de vérifier au préalable avec la personne qui gardera Cookie si elle dispose d’une pièce qui peut fermer à clef pour le tenir à l’écart des autres chiens. Quoi qu’il en soit, il a pu confirmer aux propriétaires ce qu’il pensait : Cookie n’est pas dangereux avec les humains, même les enfants, et c’est le principal.

Un travail avec les animaux et les humains

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull psychiatre psychologue clinicien

Sarah Jeannin assiste Thierry Bedossa lors des consultations. Sa mission : mettre l’humain en confiance. (Crédit : EC)

Des consultations en comportement animal qui incluent une psychologue « pour humains », ce n’est pas courant. On peut même affirmer qu’il s’agit là d’une première en France. Pourquoi cette initiative ? « Le propriétaire et son animal sont deux individus en interaction, il est donc nécessaire de travailler à la fois avec l’animal, mais aussi avec son propriétaire, et de travailler sur leur relation », explique Sarah. « On se calque en fait sur les consultations en pédopsychiatrie au cours desquelles le clinicien reçoit les parents, l’enfant et les trois réunis. » Travaillent donc main dans la main le psy pour animaux et la psy pour humains, cette dernière étant particulièrement précieuse pour Thierry puisqu’elle l’aide à mieux faire comprendre aux propriétaires les besoins de leur animal, ce qui n’est pas toujours évident : beaucoup sont ceux qui n’aiment pas s’entendre dire certaines vérités sur leur relation avec leur animal, persuadés qu’ils sont de bien faire ou, au contraire, de tout faire de travers et de s’en vouloir pour cela. Entre ces deux extrêmes que sont le déni et la culpabilité, elle est là pour les faire progresser vers un point de vue plus constructif. Au final, le propriétaire doit se sentir responsable, c’est-à-dire prêt à entamer le travail de guérison, qui doit être bénéfique pour toute la famille à terme, et pour l’animal avant tout.

Un peu avant l’heure du déjeuner, une dernière patiente se présente. Il s’agit de Geisha, petite chatte noire et blanche de 4 ans. « Quel est son problème ? » demande Thierry. C’est la compagne de son maître qui l’a amenée. Celle-ci répond : « Elle se lacère la face dès qu’elle est stressée. » Un silence un peu stupéfait saisit l’assistance. Geisha vit en appartement avec une terrasse, présente des troubles de l’élimination, une hyperesthésie féline, de l’agressivité parfois envers les humains, connaît de nombreuses cystites et des dermatites. Bref, elle n’est pas bien dans ses pattes. Elle n’est pourtant jamais seule plus de 6 à 7 heures par jour, et part deux fois par an à la campagne pendant un mois chez les parents de son maître. C’est une chatte très émotive, puisqu’un simple régime a suffit à la stresser et à la pousser à se lacérer la face. Le jour de la consultation, ses plaies sont cicatrisées.

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull

Thierry n’hésite pas à faire participer les étudiants d’Alfort à l’établissement du diagnostic (Crédit : EC)

Thierry s’approche du kennel posé sur la table de consultation. Geisha feule. Il ne parviendra sans doute pas à la sortir par la porte. Il s’adresse alors aux étudiants : « Comme vous pouvez le constater, nous avons affaire à une chatte très apeurée. Dans ces cas-là, il faut entamer un examen très progressif pour ne pas stresser l’animal. » Thierry enlèvera le dessus du kennel et s’arrêtera là pour observer Geisha. Celle-ci a les pupilles dilatées et ne sort pas de son refuge.

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull chat félin hyperesthésie féline

Geisha, 4 ans

thierry bedossa vétérinaire comportementaliste chuva maisons-alfort médecine du comportement pitbull félin hyperesthésie féline

Geisha un peu plus visible, mais toujours dans son kennel (Crédit : EC)

Au gré de la conversation avec sa maîtresse, on apprendra qu’elle a pourtant la possibilité de sortir sur la terrasse de l’appartement, qu’elle ne manque pas de câlins, que les jouets ne changent pas grand chose à son stress, hormis les magnets qu’elle adore rapporter après un lancer. Thierry recommandera encore plus d’enrichissements, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, l’usage d’un Pipolino pour contrôler son poids et l’occuper pendant l’absence de ses maîtres. Ce jour-là, tous les propriétaires ont été attentifs à comprendre le comportement de leur animal et avides de conseils. Même dans les moments de « reproches », ils n’ont jamais mal réagi face au diagnostic, parce que l’ambiance était agréable, et qu’ils se sentaient en confiance. La preuve que pour soigner efficacement les animaux, c’est très souvent le propriétaire qu’il faut d’abord amadouer…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* = Champ requis