What are you looking for?
Un rapport sexuel entre un singe… et une biche ?!
10 janvier 2017
1376 visites

Un rapport sexuel entre un singe… et une biche ?!

A l’écart du groupe, des mâles périphériques fourragent au milieu des biches sika. C’est l’automne, la nourriture est abondante et tout le monde y trouve son compte. Mais c’est aussi la saison de reproduction sexuelle à Yakushima, et contrairement aux fruits et aux noix, les femelles se font rares, trop rares.

Devant l’objectif d’Alexandre Bonnefoy, photographe connaissant très bien le Japon pour y avoir vécu, ce jeune mâle passe alors sa frustration sexuelle sur cette biche indifférente. L’intromission reste impossible pour de simples raisons anatomiques, mais le mâle présente toute la séquence comportementale d’une saillie. La biche reste calme tout du long, ne prêtant guère attention au mâle excité. Elle ira même jusqu’à lécher le produit de cette étreinte peu ordinaire. Dans l’heure, le mâle s’intéressera à une seconde biche, beaucoup plus farouche. Notre jeune mâle défend également les autres singes d’approcher de « ses » biches. Il se comporte en tous points avec les biches sika comme il le ferait avec des femelles macaques.

Bien sûr, il peu probable que notre jeune mâle ait confondu la biche avec une femelle macaque. L’hypothèse la plus probable pour expliquer un tel comportement est celle de la privation en partenaires. N’ayant pas accès aux femelles de son espèce, ce mâle fougueux et rempli d’hormones gère son manque de concubines avec les biches sika qu’il côtoie quotidiennement. Les comportements sexuels hétérospécifiques sont le plus souvent observés entre des espèces qui se ressemblent et qui sont proches sur le plan génétique. Parfois, ils peuvent même conduire à la création d’une nouvelle espèce dite hybride. Mules et mulets sont par exemple le résultat d’un accouplement entre un âne et une jument. Un seul autre cas aussi extrême d’accouplement a été rapporté pour la première fois en 2008 entre un mâle otarie à fourrure et des manchots royaux.

Cette scène filmée par Alexandre prête à sourire au premier abord, mais elle est inédite. Aucun primatologue japonais n’a jamais observé un tel comportement. Cette vidéo fait partie d’un plus vaste projet, « Saru-Singes du Japon », que nous avions longuement évoqué en septembre dans une interview avec les chercheurs Cédric Sueur, Marie Pelé et le photographe Alexandre Bonnefoy (relire notre article). D’abord sous forme de livre, puis d’expositions et de conférences itinérantes, ce projet de recherche est l’occasion pour Alexandre Bonnefoy de présenter ses prises de vues vidéos ainsi que son carnet de voyage, tandis que Cédric Sueur présente les relations sociales des macaques japonais et la relation très complexe que les Japonais entretiennent avec eux. Marie Pelé enfin présente l’ensemble des traditions observées chez ce singe fascinant. L’exposition se trouve actuellement à la Médiathèque André Malraux de Strasbourg jusqu’au 4 février.

Plus d’informations

Etude de référence :  Pelé, M., Bonnefoy, A., Masaki, S., Sueur, C. et al. (2016). Interspecies sexual behaviour between a male Japanese macaque and female Sika deer, Primates

Primates est le journal officiel du Japan Monkey Centre : http://www.japanmonkeycentre.org/index.html

Le site Internet du projet Saru-Singes du Japon :  http://www.issekinicho.fr/saru/

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* = Champ requis