What are you looking for?
Pourquoi Lucien devient-il fou à l’approche du printemps ?

Pourquoi Lucien devient-il fou à l’approche du printemps ?

Un petit moment que nous n’avions pas raconté une aventure de Lucien !

Mais ma foi, c’est qu’il y avait fort peu à dire. Ou rien de notable. Une fois bien remis de son accident, Lucien a continué à chasser, dormir, réveiller ses maîtres à 6h du matin pour avoir à bouffer, bref, une vie de chat.

Mais début février, un changement de taille est intervenu dans sa vie : un déménagement.

A priori, la pire nouvelle qui soit pour un chat, tant les petits félins ont horreur de voir bouleverser leurs habitudes, leurs marquages etc.

Samedi 4 février donc, changement d’environnement pour Lulu : toujours la même région, presque la même commune, toujours au bord de la Seine, mais cette fois dans une maison plus lumineuse, construite comme un arbre à chat géant (nombreuses mezzanines, nombreuses ouvertures vers l’extérieur, baies vitrées) et surtout dotée d’un grand jardin à proximité d’un bois non constructible. Passés les premiers jours et la surprise de se retrouver dans une maison avec une importante hauteur sous plafond et des vasistas (le soir, les reflets semblaient beaucoup intriguer notre Lulu national), Lucien a vite compris qu’il venait d’emménager dans un parc d’attractions géant.

chat prédation cuisine

Lucien a vite compris l’utilité du bar dans la cuisine…

Très vite, son comportement a changé et dans le bon sens : des manifestations de jeu accrues, dont les tapis font les frais. Un éveil optimum, l’élection de plusieurs dodos dans divers recoins de la maison, en particulier dans les chambres avec vue ^^

Et surtout, une prédation qui avait déjà atteint un niveau démentiellement haut pour une fin d’hiver…!

Plusieurs paramètres peuvent expliquer ces modifications de comportement. D’une part, un nouveau foyer particulièrement « cat-friendly », qui répond à ses besoins biologiques : satisfaction des besoins vitaux (manger, boire, se protéger du froid), pas de douleur d’inconfort, de maladie ni de stress, et qui lui permet d’exprimer ses comportements naturels (espaces pour jouer, cachettes pour se reposer, postes d’observation variés…

D’autre part, une quasi absence de concurrence dans le secteur. Contrairement à son ancien quartier, Lucien n’aura pas à se bastonner régulièrement pour faire respecter son territoire. On compte très peu de voisins dans les alentours, aussi une seule chatte s’est-elle pointée…et est vite repartie. A ce jour, peut-être une seule baston avec elle, mais sans doute pas deux !

Rencontre avec la voisine. On ne l'a plus jamais revue dans les parages.

Rencontre avec la voisine. On ne l’a plus jamais revue dans les parages.

Conséquence directe, Lucien a le quasi monopole sur la chasse ! Et les souris sentent bien le changement, elles aussi…

IMG_8303

chat prédation souris nazi

Et qu’on se n’avise pas de toucher à mes proies !

Mais un autre paramètre pourrait également jouer : en effet, les animaux réagissent plus vite que nous aux changements de saison. Ils n’attendent pas le changement calendaire pour ainsi dire – le printemps débutant officiellement le 21 mars. Les températures remontent, les journées rallongent, ils le ressentent avant nous et agissent en conséquence.

Brunilde Ract-Madoux, éthologue spécialiste du chat, confirme que tous ces paramètres conjugués peuvent expliquer cet état de bien-être : « Le chat est doué d’une grande flexibilité et d’une grande capacité d’adaptation aux variations environnementales. Il est aussi capable de s’adapter à plusieurs environnements différents au cours d’une vie. La variation de l’activité du chat domestique et la taille de son domaine vital sont fonction de la disponibilité des proies, de l’utilisation de l’habitat, des changements environnementaux (facteurs climatiques comme la température, lumière, la pluie, etc./ changements des saisons) ainsi que de la période de reproduction (pour les animaux entiers). Une étude de Jeff Horn et ses collègues (2011) a montré des différences chez les chats de propriétaires qui sortent et les chats errants : l’activité des chats de propriétaires était réduite en hiver et en été (saisons les plus extrêmes) car ils sont nourris, soignés et ont un toit pour s’abriter. Par contre, les chats errants avaient tendance à augmenter leur rythme d’activité pendant les mois les plus froids, comportement certainement dû à une demande énergétique plus élevée et un besoin de plus de temps pour capturer les proies. Enfin, une étude de Piccione et ses collègues (2013) a montré que les chats de propriétaires avaient tendance à adapter leur mode de vie à celui des humains avec lesquels ils vivent: influence de la présence humaine sur la prise de nourriture et sur l’activité (rythme augmenté et plutôt diurne que nocturne). »

En clair, Lucien n’a pas attendu le 21 mars pour s’éclater et faire la fête du slip. Et ça fait plaisir à voir ^^

Chat soleil printemps Seine

Chut, je bronze

Vous aussi, vous avez un chat dont le comportement change à l’approche du printemps ? Partagez votre expérience !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* = Champ requis