What are you looking for?
Taïwan interdit la consommation de viande de chien et de chat
13 avril 2017
2210 visites

Taïwan interdit la consommation de viande de chien et de chat

Journée marquante dans la lutte pour les droits des animaux en Asie : Taiwan a désormais interdit la consommation de viande de chien et de chat, une première sur le continent.

Quiconque achète ou mange de la viande peut être condamné à une amende maximale de 8 200 $. En 1998, Taiwan avait déjà déclaré qu’il était illégal d’abattre des chiens et des chats et de vendre leur viande, mais un marché noir persistait. Désormais, Taiwan a maintenant doublé la peine : ceux qui causent un préjudice délibéré à un chat ou un chien peuvent être condamnés à une amende maximale de 65 000 $, et purger deux années de prison, contre un an auparavant.

La consommation de viande de chien dans les pays d’Asie de l’Est a provoqué un tollé du public et des défenseurs des animaux dans le monde ces dernières années, notamment autour du Festival de la viande et du chien chinois. Ce festival, tenu chaque juin à Yulin, dans le sud de la Chine, fait mourir 10 000 chiens sur une période de dix jours. Des millions de personnes ont signé des pétitions demandant la fin de l’événement annuel (relire notre article sur le festival de Yulin).

La décision de Taiwan marque des progrès significatifs dans la lutte contre la consommation de chiens et de chats, une tradition séculaire en Asie de l’Est, encore légale en Chine, en Corée du Sud et aux Philippines. Adam Parascandola, directeur du département Protection des animaux et gestion de crise for Humane Society International, estime que la décision de Taiwan est la preuve qu’une pratique culturelle de longue date ne doit pas être un obstacle à la fin d’une « habitude alimentaire cruelle et obsolète ».

En fait, bien que le poids de l’industrie de la viande de chien semble indiquer une pratique culturelle largement répandue – Humane Society International estime ainsi que 30 millions de chiens sont tués annuellement en Asie – la plupart des Chinois n’en sont pas des consommateurs réguliers. Selon une étude de 2015 sur les animaux en Asie, moins d’un quart des Chinois dans les grandes villes comme Pékin et Shanghai ont consommé de la viande de chien au cours des deux dernières années.

La Corée du Sud montre une tendance similaire, en particulier chez les jeunes. Néanmoins, l’Institut pour le bien-être des animaux, une organisation de protection à but non lucratif basée à Washington,  rapporte que deux millions de chiens sont tués chaque année dans le pays. À l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en 2018, la Corée est confrontée à une pression croissante pour limiter cette industrie. En décembre 2016, les autorités ont appelé à une fin graduelle des pratiques d’abattage chez Moran Market, à Séoul, qui vend 80 000 chiens par an. Les fournisseurs ont résisté jusqu’à présent et sont bloqués dans une impasse, face aux militants des droits des animaux et aux autorités sur l’avenir du marché, qui reste en activité.

Parascandola croit que la décision de Taiwan constituera une pression supplémentaire sur la Chine et la Corée du Sud: « Les activistes de la Chine continentale diront que si Taiwan peut le faire, la Chine continentale n’a aucune raison de ne pas le faire« .

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* = Champ requis