Bac à litière : ouvert ou couvert ?

Question qui s’avère être un véritable dilemme ! Que Kitty s’égare dans d’autres coins de la maison pour faire ses petits besoins peut signifier tout simplement que ses toilettes ne lui conviennent pas… Certains chats aiment avoir un lieu très intime pour faire leur petite affaire. D’autres s’en fichent et sont peut-être un peu exhibo… Il n’en reste pas moins que l’élimination en des lieux inappropriés est un phénomène fréquent, à l’origine de nombreuses consultations. Dans le Journal of Feline Medicine & Surgery d’avril 2013, Grigg et coll. publient les résultats d’une étude au cours de laquelle des chats avaient le choix entre des bacs à litière ouverts ou couverts. S’il est difficile de conclure de manière générale, des préférences individuelles apparaissent.

Les éliminations en des lieux inappropriés, qu’il s’agisse d’urine (périurie) ou de fèces (périchézie) sont les comportements indésirables les plus fréquents, à l’origine de nombreux abandons. De multiples études ont été consacrées à ce sujet. On sait qu’une douleur (arthrose par exemple) peut entraîner une aversion vis-à-vis du bac, il semble également que des commémoratifs d’infection urinaire soient un facteur favorisant. Une fois les causes strictement médicales écartées, le traitement peut être comportemental (réduire le stress) et médical (phéromones, anxiolytiques). Une étude menée sur 144 chats a indiqué que l’hygiène du bac était la première chose à considérer. Les recommandations habituelles incluent la propreté (nettoyage au moins une fois par jour, changement total de la litière une fois par semaine), nombre de bacs (= nombre de chats plus un bac), bac de dimensions importantes (surtout pour les races de grand format). Certains auteurs déconseillent les bacs couverts car ils conservent les odeurs, ou encore les systèmes automatisés qui peuvent provoquer des aversions. Si de nombreuses recherches ont été faites sur la nature de la litière, peu ont concerné le bac lui-même, l’étude citée sur 144 chats n’identifiait pas de différences entre bacs ouverts ou fermés.

Une étude sur 28 chats

L’objectif de ce travail était de confirmer ou d’infirmer une préférence pour les bacs couverts. Vingt-huit chats ont été inclus, ils ne devaient pas avoir présenté de comportements d’élimination indésirables au cours des 12 mois précédents. Chaque animal s’est vu offrir un accès exclusif à deux types de bacs pendant 14 jours. Ces derniers étaient fabriqués à l’aide du même matériau plastique et mesuraient 82,5 x 50,2 x 47,3 cm. Pour le bac couvert, une ouverture de 27,3 x 31,75 cm a été ménagée. Le bord permettant l’entrée se trouvait à 10 cm du sol. La même litière a été utilisée, complétée si nécessaire pour maintenir 5 cm de hauteur. Du charbon absorbant a été ajouté pour offrir des conditions idéales. Les positions relatives des deux bacs ont été inversées à la fin de la première semaine d’étude. Chaque jour, les propriétaires ramassaient les déjections avec une pelle identique, dans des sacs en plastique identifiés et pesés.

Peu de différences

27 chats ont terminé l’étude. Leur âge variait de 3 mois à 15 ans, avec une moyenne de 3,1 ans, le poids moyen était de 4,3 kg. On comptait 56 % de mâles. Vingt et un chats disposaient d’un bac ouvert avant l’expérience, mais 59 % des animaux avaient déjà utilisé un bac fermé. Aucun sujet n’a éliminé en dehors du bac pendant la durée de l’étude. D’une manière générale, aucune préférence notable n’a été observée. 15% des chats, seulement, ont montré une préférence significative pour l’utilisation de l’un ou l’autre bac. On note néanmoins que parmi les six chats de grand format (plus de 6 kilos) inclus dans l’étude, aucun n’a préféré le bac couvert. De même, parmi les chats vivant habituellement en communauté (et isolés pour le temps de l’expérience), 30 % avaient une préférence pour les bacs couverts, 20 % préféraient les bacs ouverts.

Proposer les deux

Dans la discussion, les auteurs conviennent qu’il n’existe pas de préférence claire à l’aune des résultats de cette étude. Pour autant, ils expliquent que les propriétaires auraient tendance à ne pas nettoyer suffisamment les bacs couverts, étant donné le manque de visibilité des excréments et une odeur moindre. Dès lors, il est possible que les bacs fermés puissent être aversifs dans ce contexte.

En revanche, il existe à n’en pas douter des préférences individuelles. Les auteurs conseillent donc de proposer, chez les chats ayant des comportements éliminatoires inappropriés, le choix entre les deux types de bacs. Les bacs utilisés ici étaient de surface plus importante que celle des matériels trouvés dans le commerce. Il se peut que ces derniers ne soient pas adaptés aux chats de grand format. En effet, dans cette étude, les « grands chats » ne présentaient pas de préférence pour les bacs couverts.

D’autres directions de recherche sont envisagées par les auteurs pour mieux connaître les causes possibles des éliminations inappropriées : litières parfumées ou non, bacs de plus faibles dimensions, étude sur des chats souffrant de troubles de l’élimination. Cependant, en raison de l’existence de préférences individuelles, il peut paraître judicieux d’offrir aux chats d’éliminer,au choix, dans un bac ouvert ou fermé.