Chauve-souris et oiseaux, sauveurs de la forêt tropicale

D’après une étude publiée dans le journal PLOS One, les oiseaux et les chauves-souris jouent un rôle très important dans le processus de reforestation. En étudiant la végétation d’une nouvelle forêt tropicale au sud du Mexique, une équipe de biologistes américains et mexicains ont ainsi découvert que 94% des plantes avaient été réintroduites par ces animaux, et non par les humains.

Les animaux frugivores aident la reproduction des arbres tropicaux

Par la régurgitation, la défécation, ou en enterrant des graines, oiseaux, chauves-souris, et autres animaux frugivores aident la reproduction de la plupart des arbres tropicaux. Certaines plantes développent même des graines collantes ou piquantes qui s’agrippent aux pattes et aux plumes des oiseaux afin d’être « transportées » ailleurs, et il semblerait que la couleur de certains fruits évoluent de façon à attirer davantage les oiseaux.

Durant 6 ans, les chercheurs ont surveillé la croissance de parcelles de terre, précédemment utilisées comme pâturages au sud du Mexique. Au fil du temps, les graines « transportées » par des oiseaux ou des chauves-souris ont donné naissance à au moins 19 nouvelles espèces végétales dans cette forêt tropicale reconstituée.

Oiseaux et chauve-souris : les « jardiniers » des forêts

En tant que « jardinier » de ces forêts, les chauves-souris et les oiseaux ont néanmoins chacun un rôle légèrement différent dans la répartition des plantes. Les chauves-souris semblent plus enclines à répandre buissons et arbres rustiques, qui peuvent se passer d’un sol très riche en nutriments pour survivre, et qui se développent plus volontiers dans les zones herbagées. Mais ces plantes préparent justement les parcelles de terre, qui deviennent des terreaux fertiles pour les graines transportées cette fois par les oiseaux, et qui donnent ensuite des arbres fruitiers.

« Avec la moitié de la forêt équatoriale rasée en un siècle, précise un chercheur (près de 80 000 hectares de forêts disparaissent chaque jour), la conservation forestière et sa restauration grâce au rôle des oiseaux et des mammifères dans le transport des plantes devrait devenir un thème majeur de l’écologie au 21ème siècle ».

Lire l’étude : http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0104656

(Source : The Dodo.com)