Proposition de loi en Iran : avoir un chien coûterait 74 coups de fouet

Charmante initiative de 32 parlementaires iraniens du parti Majlis (celui des mollahs) : une proposition de loi qui prévoit de punir par 74 coups de fouet toute personne qui achète, vend ou garde des chiens à son domicile ou les promène dans la rue.

Le Conseil national de la Résistance iranienne, une faction de l’opposition iranienne qui combat la République islamique et mobilise les soutiens à l’étranger, rapporte cette nouvelle sur son site Internet. Une initiative similaire avait déjà été présentée en 2011, sans aboutir.

Le texte prévoit également que les propriétaires de chiens devront s’acquitter d’une amende de 10 millions de tomas (350 dollars). Sans oublier les journalistes de presse écrite ou audiovisuelle qui auraient la malencontreuse idée de suggérer dans leur média de promener des chiens ou de jouer avec eux. Les animaux confisqués seront transférés « dans un zoo ou dans le désert », et le propriétaire, en prime, devra payer le coût du transfert et de l’entretien de l’animal. Sont exemptés de cette répression les agents de police, les propriétaires de ferme, les éleveurs de moutons et les pêcheurs.

Les tenants d’un Islam radical considèrent en effet que les chiens sont des animaux « impurs » qu’il ne faut pas posséder chez soi. Mais depuis une dizaine d’années, les Iraniens aisés acquièrent de plus en plus de chiens de compagnie, comme un signe extérieur de richesse et d’ouverture aux moeurs occidentales. Exactement ce qui dérange les ayatollahs qui ne supportent pas toute « singerie » de la culture occidentale. Cela participe évidemment à la vague de répression qui frappe les jeunes, les intellectuels et tous ceux qui veulent s’affranchir d’une dictature religieuse en place depuis 1979…

La légalité de la répression est contestée par les militants de la cause animale. « Aucune loi ne peut interdire la possession ou le transport des chiens« , a affirmé dans une lettre ouverte la société iranienne contre la cruauté envers les animaux. Prêcheront ils dans le désert ?