Vous partez en vacances ? Laissez votre chat en colo !

Plutôt qu’une pension avec grillage, box et aucune interaction entre les chats pour faire garder Totoro, pourquoi ne pas choisir une colonie de vacances où les « chambres » sont aménagées exprès pour amuser les chats, où les portes sont en verre pour maximiser les contacts visuels, une colo qui laissent les chats s’amuser entre eux (s’ils s’entendent) et même s’ébattre dans une salle de jeux rien que pour eux ?

Ce paradis-là, il existe, dans le 9ème arrondissement de Paris. Aristide, « hôtel pour félins urbains » accueille les matous dont les maîtres doivent s’absenter durant un week-end, quelques semaines de vacances, voire une année (selon les aléas de la vie professionnelle!).

Alors que la population féline a largement augmenté dans les zones urbaines, mécaniquement quelques hôtels pour chats sont apparus ces dernières années dans nos grandes villes, et notamment à Paris. Ces solutions de gardiennage ont pu paraître étonnantes à leurs débuts, parfois même superficielles : « Un hôtel pour chats ?! Et puis quoi encore ! ». Peut-être faut-il n’y voir simplement qu’une pension très haut de gamme, dont les aménagements très bien conçus et multiples répondent aux besoins comportementaux des félins domestiques, vivant la plupart du temps en appartement (donc disposant de peu d’aménagements originaux pour explorer, se cacher, jouer etc.) et, de surcroit, souvent en solitaire.

C’est en mars 2014 que Gauthier Berdeaux, le fondateur et président, a ouvert cet hôtel au concept unique à Paris (et peut-être même en France à ce niveau de qualité). L’idée a lentement (mais sûrement) fait son chemin. Il lui semblait que les lieux de garde pour chats notamment manquaient d’aménagements, manquaient, tout court, aussi dans Paris intramuros. L’idée de son concept lui est venue après plusieurs années d’observations, de stages (en particulier au refuge Aide aux Vieux Animaux;) ), de voyages, notamment en Allemagne où il a fait l’expérience d’une pension d’un genre nouveau :

« Une étudiante gardait des chats, mais pas chez elle : elle avait loué un minuscule studio dédié et aménagé spécialement pour eux, avec des jeux, des planches, des cachettes. Le lieu était un peu glauque, trop petit, mais l’idée principale était là : les chats vivaient, interagissaient et jouaient ensemble, libres de leurs mouvements, juste avec une surveillance humaine. Quand j’ai récupéré mon chat Aristide, il était transformé : c’était la première fois que je le voyais évoluer en collectivité, et il n’avait eu manifestement aucun problème de socialisation. »

Gauthier Berdeaux a ouvert son hôtel en mars 2014
Gauthier Berdeaux a ouvert son hôtel en mars 2014

De retour en France, Gauthier n’a eu de cesse que de perfectionner ce concept découvert à un niveau primitif. Recherche du local idéal, financement du projet, réalisation des aménagements, mise au point des règles de vie… « Aristide », baptisé ainsi en l’honneur de son propre chat, a ouvert ses portes il y a bientôt un an, créant très vite un engouement mérité.

Visite guidée

L’hôtel dispose de 25 chambres et de deux « suites » (si si), des chambres un peu plus grandes qui peuvent accueillir un chat ayant besoin d’espace, ou deux chats qui s’entendent bien.
A son arrivée, le propriétaire doit remplir une fiche de renseignements sur son chat, notamment pour que l’équipe sache exactement à qui elle a affaire en terme de comportement.

Griffoir pour chat
Quand deux chats se rencontrent…

Une règle d’or : « ne jamais mettre ensemble deux chats qui arrivent le même jour. » Car si l’hôtel n’est, par définition, le territoire d’aucun chat, mais un espace nouveau, où tout le marquage est à faire, où se trouvent beaucoup d’individus qui effectuent un passage éphémère (à de rares exceptions près, comme Lily, pensionnaire de l’hôtel depuis son ouverture, et sur le départ au moment de notre visite !), il faut tout de même éviter les querelles de voisinage et, évidemment, les bagarres éventuelles.

A la rencontre de l'autre
A la rencontre de l’autre…

Après une ou deux journées d’adaptation, Gauthier et Nastassja, ASV à temps partiel entre une clinique vétérinaire parisienne et l’hôtel, ainsi que Pauline et Mathilde, détentrices d’un certificat de capacité, évaluent le comportement des nouveaux arrivants. Certains peuvent alors commencer à vagabonder librement, visiter la chambre du voisin, pourquoi pas sympathiser voire… squatter ses quartiers !

« Il y a toujours une chambre ouverte pour assurer un repli, explique Gauthier. Nous limitons le passage au maximum pour ne pas déranger les animaux, et nous avons même prévu au sous-sol d’autres chambres plus calmes si les chats en ont besoin, ou si leurs propriétaires le réclament ».

On oublierait presque de mentionner que les humains ne sont pas avares de câlins avec leurs pensionnaires… A 20h30, extinction des feux. Les humains s’éclipsent et la « java des pussy-cats » commence, comme dirait Boris Vian !

Des jeux et des cachettes
Des jeux et des cachettes

Une chose est certaine : après leur passage dans cette super colo, les chats retrouvent leur propriétaire avec un petit quelque chose en plus : plus câlins, plus « ouverts » aux stimulations extérieurs, plus téméraires… et souvent plus grimpeurs !

Après un passage chez Aristide, Kitty vous collera la honte à l’escalade !
Après un passage chez Aristide, Kitty vous collera la honte à l’escalade !

Comment s’en étonner ? Les félins ont découvert un autre environnement, où chaque chambre dispose de mezzanines, cachettes, griffoirs, coussins, jouets, bref, « des chambres en 3D », des camarades avec lesquels se socialiser, de nombreuses interactions avec des humains souvent étrangers… L’expérience motive même parfois les propriétaires à adopter un deuxième chat pour rendre la vie à la maison plus agréable pour leur compagnon.

« La socialisation est possible entre tous ces chats qui ne se connaissent pourtant pas, parce qu’ils disposent des aménagements nécessaires à leur bien-être. Toutes les chambres ont des cachettes si besoin, des petits recoins où dormir en sécurité, des portes vitrées et des petites fenêtres pour communiquer entre les pièces… Le seul grillage que l’on trouve ici est celui qui sert de plafond aux chambres, ce qui permet de laisser passer le maximum de lumière et de donner une sensation d’ouverture ».

hotel-aristide-playroom
Hôtel Aristide : la playroom

Le parcours du combattant de la playroom

Pension complète

L’hôtel fait évidemment pension complète, les repas sont gérés par l’équipe, et surtout les habitudes de chaque chat sont respectées. Chez Aristide, on peut servir du Royal Canin, du Science Plan Hill’s et du Almo Nature, au choix ! Gamelles, fontaines à eau et même Feliway sont d’ores et déjà installées dans chaque chambre, pas besoin d’amener le trousseau de Kitty (sauf s’il y tient vraiment…).

Aucun souci non plus côté santé, tous les chats, même âgés de 18 ans, sont les bienvenus. S’ils ont des soucis et des besoins spécifiques (allergie, maladie rénale, etc.), un suivi particulier leur sera accordé, et une chambre individuelle imposée. Il est évident que Gauthier connaît plusieurs vétérinaires dans le quartier, qui d’ailleurs lui envoient souvent leurs patients ! Très disponibles, ils peuvent se déplacer en cas de pépin grave ou donner des petits conseils par téléphone. En règle générale, l’hôtel compte en permanence deux ou trois humains sur place, « selon le nombre de poilus ».

Si après une telle description, les propriétaires restent encore anxieux du quotidien de leur Kitty, Gauthier se chargera de les rassurer régulièrement sur son bien-être et ses activités, et même d’envoyer quelques photos « Instagramées ». Mais si l’exigence de nouvelles est quotidienne, sachez-le, ce sera payant !

Informations :

Aristide, hôtel pour félins urbains 11, rue Ambroise Thomas 75009 Paris 01 42 46 86 46

Site Internet : http://www.aristide-hotel.com/

 

Brunilde Ract-Madoux

L’analyse de Brunilde Ract-Madoux, éthologue et spécialiste de la gestion de la collectivité féline

Les chambres sont bien aménagées, l’espace vital du chat a été organisé de façon à ce que les zones d’alimentation, de repos et d’élimination soient à distance les unes des autres.
Une familiarisation précoce avec les humains, adultes comme enfants, peut aider le chat à se sentir à l’aise au contact de nombreuses personnes, qu’il les connaisse ou pas. Un changement d’environnement est souvent une source de stress pour le chat, mais des contacts positifs avec les humains peuvent lui permettre de s’adapter plus rapidement. Etre à l’écoute des besoins des chats et s’ajuster à leur comportement, sont les bases d’une bonne entente et le personnel de l’hôtel parait réaliser cela avec compétence.

Mezzanines

L’exploitation du volume des chambres est une très bonne idée. Les chats apprécient de grimper, se percher, observer et surveiller leur environnement. Que ce soit pour se retrouver au calme pour une bonne sieste, comme pour observer et guetter les alentours, être prêt à agir s’il le faut, tout comme faire un peu d’exercice physique… Etre en hauteur pour dominer la situation…

Coussins, cachettes

Gros dormeur, le chat apprécie de se reposer dans un endroit calme et confortable, souvent à l’abri des regards. Il aime d’autant plus choisir son lieu de repos qui peut évoluer au cours de la journée et de la nuit.

Le chat aime varier les « dodos »

Griffoirs pour chat

L’installation de un ou de plusieurs griffoirs est indispensable à l’aménagement du lieu de vie du chat. L’action de faire ses griffes requiert plusieurs fonctions : communication (visuelle et olfactive) et biologique (limer les griffes, s’étirer). Et bien sûr pour se défouler !

Litières

beaucoup de chats ne partagent pas leur litière et apprécient qu’elle soit toujours immaculée. Le fait d’avoir installé plusieurs litières dans les chambres en colocation permet à ce que chacun ait son propre bac.

Jouets pour chats

Tous les chats ne jouent pas, mais certains semblent particulièrement apprécier courir après une balle, une souris, un laser et attraper tout objet en mouvement. Ce comportement est associé aux séquences prédatrices de ce chasseur solitaire, et la motivation pour cette activité varie selon les individus et les heures du jour ou de la nuit.

Encore et toujours des cachettes

Playroom

Cet espace permet aux chats de découvrir de nouvelles odeurs, un nouvel aménagement et de rencontrer des éventuels compagnons de jeu. Pour les chats actifs et curieux, c’est un espace parfait pour eux. Les plus timides ou intolérants au contact félin risquent de ne pas bien s’y sentir, mais le personnel bienveillant est attentif aux besoins des chats.

La tolérance entre les chats varie d’un individu à l’autre en fonction des préférences individuelles et des expériences passées. Cette tolérance peut évoluer au cours de leur vie et le chat peut faire l’apprentissage des contacts positifs avec ses congénères, comme avec les humains.