8 animaux sauvages aux pouvoirs surnaturels

Le monde sauvage regorge d’animaux à côté desquels nous avons l’air de vulgaires blattes, tant ils sont dotés de pouvoirs dignes d’un X-Man. Voici quelques exemples choisis et la liste est loin d’être exhaustive !

1. L’antilope Addax

antilope-addax d'affrique
antilope addax d’Afrique . ©Tim Woofine

Avouez-le, vous avez un jour rêvé de pouvoir changer de couleur de cheveux sans utiliser de teintures hors de prix ? Eh bien l’antilope addax peut le faire, naturellement. Cette belle coureuse change la couleur de sa crinière à chaque nouvelle saison : blanc en été pour réfléchir la chaleur du soleil, marron-gris l’hiver pour se tenir chaud.

2. L’oiseau-lyre

oiseau-lyre ou ménure superbe
Oiseau Lyre ou aussi appelé ménure superbe

Apprendre très rapidement une nouvelle langue, ce serait le pied, non ? L’oiseau-lyre (ou ménure superbe) sait faire cela à la perfection. Les mâles passent l’essentiel de leur temps à attirer des femelles, et pour cela, ils savent imiter les sons de près de 20 autres oiseaux, mais aussi des bruits du monde humain comme les alarmes de voiture ou les hurlements d’une tronçonneuse ! Leurs femelles sont, paraît-il, très fans…

3. Le suricate

8 animaux sauvages aux pouvoirs surnaturels
Le suricate (Afrique)

Ces adorables petites bêtes ont les yeux cerclés de noir. Non seulement cela leur donne l’air mignon, mais cela leur sert surtout de lunettes de soleil naturelles. Cette fourrure noire limite l’éclat du soleil, ce qui permet aux suricates de regarder loin sans être aveuglés. Une habilité particulièrement indispensable pour la sentinelle d’une colonie, chargée de surveiller les alentours et de prévenir les copains en cas de danger.

4. La souris épineuse (ou Acomys cahirinus)

acomys-cahirinus-souris-epineuse
Acomys cahirinus ou souris épineuse

La souris épineuse est un peu le Wolverine des mammifères. Elle est non seulement capable de se débarrasser de morceaux de peau entiers pour échapper aux griffes d’un prédateur, mais elle sait aussi régénérer sa peau, ses cartilages, sa fourrure et même ses glandes sudoripares si celles-ci lui sont retirées. Les scientifiques pensent que tous les mammifères possèdent ces gènes de régénération, comme les reptiles, cependant la souris épineuse serait le seul mammifère à les avoir activés.

5. La méduse écarlate

turritopsis-nutricula
Turritopsis nutricula, ou méduse écarlate, secret de la longévité ? © Muzina Shanghai

La vue d’une méduse fait frémir… Et d’autant plus que ces charmantes créatures auraient peut-être trouvé le secret de l’immortalité. La méduse écarlate serait ainsi capable de redémarrer son propre cycle de vie. Lorsqu’un individu est blessé, par exemple, il va se poser tout au fond de l’océan et redevient un polype, la forme juvénile de la méduse. La croissance se poursuit pendant plusieurs mois avant que la nouvelle méduse atteigne sa taille adulte… et régénérée. Des scientifiques ont ainsi pu observer une méduse réaliser ce cycle 12 fois dans toute son existence…

6. L’hippopotame

hippopotame-amphibius
L’hippopotame amphibius, sub aquatique, Afrique semi-saharienne

Pas besoin de crème solaire pour l’hippopotame : pour faire face au brûlant soleil africain, les hippos sécrètent une substance rouge qui ressemble à de la sueur. Il s’agit en réalité d’un fluide huileux qui s’évapore et permet de rafraîchir leur corps. Cette huile agit également comme antibiotique, hydratant et donc crème solaire. Tout en un !

7. L’opossum

opossum
L’opossum

Vous saviez peut-être que l’opossum est capable de faire le mort lorsqu’il est attaqué par un prédateur, mais saviez-vous qu’il était aussi immunisé contre le venin ? Ce marsupial est en effet naturellement équipé d’une peptide qui neutralise le venin de serpent. Du coup, ce sont plutôt les serpents qui servent de dîner à l’opossum que l’inverse… !

8. Le dauphin

la-dauphin
Le dauphin

Vous ne savez pas garder un oeil ouvert (au cas où) pendant que vous dormez ? Les dauphins et les baleines savent le faire… littéralement. Dans les phases de sommeil, ces mammifères marins ne « ferment » qu’une moitié de leur activité cérébrale, ce qui leur permet de récupérer tout en restant en alerte en cas de danger. Impossible, donc, de les surprendre !