Le massage, un bienfait pour les animaux

Ni ostéopathie, ni pratique de kiné, le massage pour chien, chat ou même cheval est une activité similaire à celle pratiquée chez les humains. Complémentaire de soins vétérinaires ou d’une rééducation, elle vise donc à améliorer la locomotion globale des animaux domestiques, soulager les muscles douloureux, évacuer le stress et donc développer leur bien-être. Sandrine Martinat est l’une des rares masseuses pour chiens en France, et a bien voulu nous faire découvrir un peu plus cette discipline récente qui fait de plus en plus d’adeptes.

Quelle est votre formation ? Comment vous êtes-vous lancée dans l’aventure « De Bons Poils »?

Sandrine Martinat : J’ai vécu dans la campagne tourangelle entourée de nombreux animaux. Mes deux boxers étaient mes meilleurs amis. Après mes études, je suis allée sur la région parisienne pour travailler, j’ai travaillé entre autre 17 ans dans le commerce puis quelques années en tant que gestionnaire du personnel dans un grand groupe international. Métro-boulot-dodo était devenu mon quotidien et je ne m’y retrouvais plus. J’ai eu envie de changer de vie et de revenir à mes premiers amours: les animaux. Je me suis donc renseignée sur les métiers liés aux animaux et j’ai découvert le massage canin. Afin d’offrir un panel de services pour le bien-être des animaux, je me suis également formée en toilettage et suivi une formation en Fleurs de Bach. A moyen terme, je souhaiterai que le massage se démocratise et ne faire que cela.

Pourquoi « De bons poils »? Parce que changer de vie est une affaire de famille, et que je n’aurai jamais essayé de créer mon activité sans l’aval de mon mari et mon fils, Nathan ! Il a 9 ans, mais c’est mon jeune « responsable de communication comme il aime le dire, et c’est lui qui a trouvé le nom de mon activité!

Le massage canin est-il une forme d’ostéopathie canine ? Comment cela s’apprend-il ?

S. M : Le massage canin est enseigné depuis les années 90 aux Etats-Unis initié par Jonathan Rudinger. Il a été introduit en France en 2007 par Pauline Arnt, créatrice et formatrice de l’association Chien-Zen. Le masseur canin n’est ni kinésithérapeute, ni osthéopathe. Il ne manipule pas, n’établit aucun diagnostic et ne prescrit aucun soin ou médicament. C’est un complément des soins vétérinaires. Le massage concerne tous les chiens (âgé, sportif, chien de travail….), cependant des contre-indications existent (femelle gestante, en cas de fièvre, en cas de diarrhée….).

Le massage canin est très proche du massage humain et utilise les mêmes techniques, se pratique sur des zones équivalentes et a les mêmes bienfaits. C’est un ensemble de touchers qui ciblent au mieux-être, agissant entre autre sur la peau, les muscles, les tendons et visent à une bonne santé physique et psychique de l’animal. Il permet de diminuer le stress, de soulager les problèmes musculaires, d’activer les fluides corporels (sang, lymphe), d’accélérer le processus de guérison après une intervention chirurgicale….

Une formation de 35h permet d’apprendre ces touchers, que nous mettons en pratique sur de vrais chiens. Une journée est également dédiée à l’anatomie du chien. Pour obtenir la certification en massage canin et être apte à le pratiquer, il faut réaliser ensuite un mémoire validé par Pauline Arnt. Nous devons réaliser environ 30 séances de massage sur 5 à 6 chiens (soit 5 séances par chien), pour nous familiariser avec le protocole, avoir un massage fluide et respectueux de l’animal. Chaque séance doit être commentée en décrivant tous les gestes effectués avec des photos comme support. Le futur masseur doit également décrire le déroulé de la séance, ses difficultés, ce qu’il ressent et les réactions du chien avant, pendant et après la séance. Au fur et à mesure des séances, il faut décrire les changements observés sur l’animal. Des formations complémentaires existent pour renforcer nos connaissances (shai tsu, énergetique, chiens sportifs, vieux chiens…), et tous les masseurs certifiés sont visibles sur le site de la Fédération Française et Francophone du massage canin (www.masseurscanins.com).

Cette activité est-elle envisageable pour les chats ?

S. M: Oui, tout à fait, le massage existe déjà pour les chevaux. Il est tout à fait possible de masser les chats, cela demande dans la plupart des cas plus de temps pour que l’animal nous donne sa confiance.

Décrivez-nous une séance type avec un « client » à quatre pattes !

S.M : Avant de débuter toute séance, le masseur doit faire le point avec le propriétaire pour s’assurer que le chien peut être massé. En cas de doute sur la santé de l’animal, le masseur conseillera le propriétaire de se rendre chez son vétérinaire pour obtenir son aval. La séance doit se faire dans un cadre tranquille sans  élément perturbateur (bruit, odeurs, jouets, présence d’autres animaux…). Le masseur doit être également dans de bonnes conditions. Si vous êtes fatigué ou stressé, le chien le ressentira.

La séance se découpe en quatre parties:

  1. la prise de contact entre le masseur et le chien, pour se présenter au chien,
  2. une phase d’évaluation qui permet au chien de se poser. Durant cette phase, le chien sent les contours de son corps et le masseur vérifie si il ne décèle aucune anomalie.
  3. le massage commence par une série de touchers allant de la tête à la queue puis aux pattes. Les gestes sont des pressions, des compressions, des lissages, des pétrissages, palper-roulers… A chaque zone du corps correspond un toucher particulier qu’il faut connaitre. Un geste mal effectué ou fait dans une mauvaise zone peut blesser le chien.
  4. la phase d’ancrage qui informe le chien que la séance est terminée

Suivant le gabarit du chien et ce qu’on désire, le masseur modifiera le rythme de ses gestes et insistera plus sur certaines zones que d’autres. On ne masse pas un chien sportif qu’on prépare à une compétition de la même manière qu’un chien stressé, un chien âgé ou un chien qui récupère d’une opération chirurgicale… La durée des séances varie donc en conséquence.

Sandrine Martinat en pleine séance de message de chien
Sandrine Martinat en pleine séance de message de chien

Avez-vous parfois affaire à des « cas » difficiles, particuliers ? Avez-vous des anecdotes sympas à faire partager ?

S.M : Chaque samedi, j’allais à l’école de chiens guides d’aveugle de Paris dans le cadre de mon mémoire et je devais masser Ilton, un beau labrador noir de 2 ans. Il était surnommé le « bourrin » par les animaliers de l’école car il ne pensait qu’à s’amuser et fonçait sur tout le monde, bousculant tout sur son passage! Je devais masser dans un bureau où il y avait de nombreux éléments perturbateurs (odeurs d’autres chiens, d’humains, jouets…). Ilton n’arrivait pas à se calmer, il reniflait toute la pièce sans s’arrêter, se roulait par terre, me mordillait. Il était dans le jeu et non dans le massage.

A la fin, j’ai décidé de le mettre dehors et d’essayer de le masser dans la cour. Et là, Ilton s’est calmé. J’ai donc réalisé mes séances dehors, un peu frigorifiée car nous étions en décembre et avec une laisse (ce qui n’est pas conseillé) pour éviter de voir Ilton se sauver et se ruer vers le chenil des autres chiens.

Chaque chien est différent mais pour ma part, le plus délicat est de masser les petits chiens, comme les yorkshires, qui sont plus méfiants et remuants. Pour les plus gros chiens, la prise de contact est en général plus courte. Ils se laissent aller plus facilement.

Parlez-nous un peu plus des Fleurs de Bach : sont-elles réellement efficaces ?
Sur quelles espèces, quel type d’individus ? Quel est le coût ?
Comment procédez-vous avant de décider de les « prescrire » ? A ce titre, êtes-vous un peu naturopathe en plus d’être masseuse ?

S.M : Les fleurs de Bach sont des élixirs floraux qui ont pour but de ré-équilibrer les états émotionnels perturbateurs. Elles calment et apportent un sentiment de sécurité. Les Fleurs de Bach sont efficaces sur toutes les espèces animales sauf sur des individus ayant un esprit trop cartésien ou trop sceptique, ce qui n’est pas le cas de nos animaux!

Afin de déterminer quelles fleurs prescrire, il faut un entretien avec le propriétaire de l’animal afin de comprendre les raisons du trouble (d’où vient le chien; depuis quand observe-t-on un changement de comportement; a-t-il vécu une situation stressante; dort-il bien…). Cet entretien peut se faire au téléphone, mais il est bien d’aller chez le maître pour observer l’animal dans son environnement. Plus l’entretien sera précis, plus il sera facile de sélectionner les bonnes fleurs. A partir de ce qu’on a appris, on prépare une solution pour trois semaines de traitement à raison d’une prise 4 fois par jour. Une solution peut comprendre 6 à 7 fleurs maximum. Un suivi est effectué chaque semaine pour voir si des améliorations sont visibles et modifier si besoin le traitement.

Les Fleurs de Bach n’ont aucune contre-indication, ni effet secondaire, ni addiction. Il faut compter environ 30€ (hors frais d’envoi) pour l’entretien + un traitement.

Plus d’informations

De Bons poils, le site de Sandrine Martinat : http://www.debonspoils.com/

Basée dans les Yvelines (78), Sandrine peut se déplacer. Elle propose également un service toilettage.