Le stress : bon moteur ou facteur de craquage ?

Selon les chiens, s’ils sont nerveux de nature ou plutôt mous, le stress peut être soit un bon moteur, soit un facteur de tension ingérable. D’après une étude publiée le 14 juillet dans la revue Animal Cognition, ce serait la même chose chez les chiens. Ainsi, même un peu de stress en trop peut faire craquer nerveusement les chiens déjà fragiles, tandis qu’il stimulera positivement les chiens mollassons !

Au cours de plusieurs expériences, les chercheurs ont observé des chiens qui devaient récupérer une friandise à base de viande auprès d’une personne se trouvant derrière une barrière en plastique. La difficulté pour les chiens était d’éviter de prendre le chemin le plus court et le plus facile, mais qui les faisaient inévitablement se cogner dans la barrière. Ils devaient faire l’effort de la contourner pour entrer dans l’une des ouvertures prévues. Selon les séquences, la personne gardant la friandise appelait chaque chien par son nom d’une voix calme et posée, ou agitait la friandise avec une voix excitée.

Les chercheurs ont ensuite étudié l’enregistrement vidéo pour chaque chien (3 chiens domestiques et 76 chiens de travail) et ont ensuite déterminé leur type de caractère selon le nombre de battements de queue par minute. Les chiens de travail étaient globalement plus calmes face à une situation de stress ou une distraction, tandis que les chiens domestiques étaient plus facilement excitables et sous tension. Les chiens calmes, un peu excités, parvenaient plus vite à résoudre l’exercice, tandis que les chiens facilement stressés, à l’inverse, mettaient plus de temps à obtenir la récompense sous l’effet du stress.

Ces deux groupes de chiens étaient également capables de résoudre un puzzle, seule la gestion du niveau de stress dépendait de la disposition de chaque chien en la matière.