Cause Animale Nord, ou le racisme à l’oeuvre

Depuis le 19 septembre, la vidéo montrant des membres de l’association Cause Animale Nord en train d’enlever une jeune chienne à un SDF dans le quartier du Châtelet à Paris fait scandale et choque, et avec raison, car la scène est plutôt violente. On y voit une dame et Antony Blanchard (homme à la casquette), le président de l’association, maintenir le SDF au sol, récupérer le chiot hurlant avant de le confier à une tierce personne qui s’enfuit avec.

Cette vidéo a déclenché une avalanche de commentaires outrés des Internautes sur la page de l’association, et une pétition circule également pour demander l’ouverture d’une enquête sur son mode de fonctionnement. Pour sa défense, Cause Animale Nord, association basée à Lille, explique que

« La vidéo montre uniquement un instant T à aucun moment il y a eu violence. La personne s’est jetée d’elle-même au sol en écrasant le chiot contre elle. Ce chiot était amorphe, pupilles dilatées, titubant (…) Nous sommes intervenus car il y avait urgence pour l’animal. (…) Il est très facile de détourner des images de leur contexte ou certains propos afin d’attaquer et de diffamer. »

Donc la vidéo ne montrerait qu’une partie du « sauvetage » et évidemment pas ce qui démontrerait que la chienne était réellement maltraitée et que les membres de l’association ont fait une bonne action.

Sauf que… tout n’est pas si simple.

Si ces témoignages sont véridiques, l’intervention s’apparente donc à du vol. Mais Antony Blanchard en explique les raisons plus précisément à MetroNews :

« En marge d’une manifestation pour le droit des animaux qui se tenait à Paris, samedi 19 septembre, une dame est venue nous voir. Elle nous a dit qu’un Rom mendiant avait un chiot drogué avec lui. J’ai constaté de moi-même que le chien n’était pas dans son état normal.«

Le vétérinaire n’a pas confirmé que la chienne avait été droguée, mais peu importe, pour Antony, « c‘est un fait que les Roms droguent leurs animaux et les vendent sur le trottoir. Certains mangent des chats.«

Et si on avait affaire à un acte avant tout raciste ?

Ligne politique extrême

L’association Cause Animale n’a jamais caché ses tendances politiques. Proche des militants d’extrême droite, Antony Blanchard s’était fendu d’une « lettre au Président de la République » en janvier 2013 très explicite

Au passage, on aimerait bien les voir, ces villages « luxueux » pour les Rom… Depuis, la lettre a été retirée de la page mais circule encore sur les sites anti-fascistes. On est en droit néanmoins de se demander si toute cette histoire n’a pas été motivée avant tout par une petite pulsion xénophobe.

Il n’en reste pas moins qu’en s’étant substituer aux autorités compétentes, l’association risque gros. Comme le soulignait un porte-parole de la SPA au site BuzzFeed,

« on ne peut en aucun cas s’emparer d’un animal, à part si son propriétaire accepte formellement de l’abandonner. Nous, à la SPA, recevons des signalements de maltraitance envers des animaux tous les jours, sur lesquels nous enquêtons. Mais même si la maltraitance est avérée, c’est aux forces de l’ordre d’intervenir, pas à nous. Si vous prenez arbitrairement un animal, c’est vous qui allez avoir des problèmes. C’est une question de bon sens. De la même manière, on ne prend pas un enfant à ses parents, même si on a la preuve d’une maltraitance. On alerte les services sociaux.»

Interrogé par France 3 Nord-Pas-de-Calais, le président de la Ligue de protection des animaux Lille-Roubaix, Grégory Malfait se dit

« profondément choqué » : « C’est tout à fait illégal et pour le coup ça me met hors de moi. Même si on fait de la protection animale, il y a toujours un cadre légal et là, ils sont passés complètement à côtéUn chien dort 19 heures par jour, et ce n’est pas parce qu’un chien dort qu’il est drogué (…) Les SDF sont extrêmement attachés à leur animaux, qu’ils font bien souvent passer avant eux, parce qu’ils n’ont que ça« . Grégory Malfait a d’ailleurs signé la pétition en ligne contre Cause Animale Nord.

Une petite cerise sur le gâteau : 4 jours après avoir récupéré la chienne, l’association la mettait en vente à 195 € via Facebook…