Le roi Tilikum se meurt

L’orque la plus célèbre du monde se meurt tristement, d’après un communiqué du parc SeaWorld : « Depuis plusieurs semaines, Tilikum affiche un comportement de plus en plus léthargique, sa santé est en train de se détériorer« . Le cétacé aurait été traité pour une possible infection des poumons due à une bactérie, sans résultats.

Cette nouvelle est évidemment accueillie avec tristesse, mais on peut aussi y voir la future délivrance de Tilikum. Cette orque de 35 ans a été capturée en 1983, séparée des siens lorsqu’elle n’avait que deux ans, et a donc passé 23 ans dans un bassin du parc SeaWorld, à Orlando en Floride.

L’animal est particulièrement devenu célèbre en 2013 avec le film Blackfish, qui mettait l’accent sur les trois accidents mortels impliquant Tilikum, révélant ainsi au monde le mal-être dans lequel vivent les animaux de parcs aquatiques.

Tilikum a longtemps été surnommée « l’orque tueuse ». En effet, en 1991, alors qu’elle résidait au parc Sealand au Canada, Tilikum faisait partie du groupe de trois orques responsables de la mort de l’entraîneuse Keltie Byrne, noyée dans le bassin des animaux. Après ce drame, le parc a fermé et Tilikum a été vendue au parc SeaWorld d’Orlando, en Floride.

En 1999, un sans-abri du nom de Daniel P. Dukes a réussi à se laisser enfermer dans le parc un soir pour pouvoir y passer la nuit. Il a été retrouvé mort le lendemain matin, sur le dos de Tilikum.

Enfin, en 2010, Tilikum aurait « tué » son entraîneuse Dawn Brancheau en l’attrapant et en l’attirant dans l’eau, la secouant sous l’eau jusqu’à ce qu’elle décède.

Après ce troisième accident, Tilikum et son petit-fils Trua ont été isolés de leurs congénères, une solution très cruelle pour des animaux aussi sociaux.

Aucun cas d’agression d’orque sur les humains n’a été répertorié dans la nature, bien qu’ils puissent s’approcher régulièrement. Mais pour les ONG de défense des animaux, l’agression de Tilikum était la conséquence d’un état de stress et de confusion lié à sa captivité. De nombreux symptômes ont d’ailleurs été observés : Tilikum se laissait flotter pendant des heures, un comportement anormal pour des orques qui nagent sans discontinuer dans la nature. Il se serait également casser les dents à force de mâcher les bordures de son bassin, par frustration.

La bactérie qui semble affecter Tilikum est plutôt commune chez les orques vivant en captivité, sa transmission étant facilitée là encore par le stress et par une mauvaise qualité d’eau.

Vers la fin du calvaire ?

Malgré tous ces signaux alarmants, le parc n’a jamais voulu se séparer de Tilikum, qui est au coeur d’un programme de reproduction. Il fut le père de 21 petites orques, toutes captives au SeaWorld, la moitié étant encore en vie aujourd’hui.

Il est fort probable que le parc a donné cette information parce que la fin de Tilikum est sans doute proche… Sa délivrance aussi. Vaut-il mieux une vie de misère faite de stress et de mal-être à la mort ? Rien n’est moins sûr.