« Tchernobyl : une histoire naturelle » sur Arte mardi à 20h50

Mardi 21 août, Arte propose un documentaire sur une énigme qui passionne les scientifiques depuis quelques années : comment la nature reprend ses droits dans la zone interdite entourant la centrale de Tchernobyl, dont le réacteur n°4 a explosé le 26 avril 1986. 

Vingt-quatre ans après l’explosion du réacteur n° 4, le 26 avril 1986, la “zone interdite” instaurée dans un rayon d’une trentaine de kilomètres autour de la centrale nucléaire offre la vision idyllique et paradoxale d’une nature préservée des ravages de la civilisation. Ce territoire où les radionucléides se sont dispersés irrégulièrement, avec l’explosion et l’incendie qui a suivi, est aussi devenu un vaste laboratoire à ciel ouvert, où les scientifiques étudient sur le long terme, en situation réelle, les effets de la radioactivité de faible dose sur les organismes vivants.

Pourquoi certains oiseaux meurent-ils prématurément, pourquoi la croissance des pins est-elle perturbée, alors que mulots ou peupliers semblent en pleine santé ?

Splendeurs radioactives

Aujourd’hui, seulement moins de 3 % de la radioactivité initiale subsiste à Tchernobyl. Mais il faudra plus de deux siècles pour que le césium et le strontium rejetés lors de l’explosion et de l’incendie aient perdu toute leur charge radioactive. Selon l’hypothèse d’un laboratoire américain de génétique, les souris (la quarantième génération depuis la catastrophe) ne seraient pas affectées par ces radionucléides absorbés quotidiennement en doses colossales, parce qu’elles auraient su développer des résistances naturelles sophistiquées. Aucun des chercheurs interrogés ici ne se risque pourtant à tirer des conclusions générales sur cette énigme écologique. Partageant avec le spectateur leurs expériences et leurs questions, mais aussi leur émerveillement devant la nature, ces scientifiques nous ouvrent les chemins d’un territoire unique au monde. Tourné sur une année, le documentaire présente des images étonnante d’une nature au matin du monde, où végétaux, herbivores et carnivores coexistent en dehors de toute présence humaine.