Bouledogues et carlins, des catastrophes anatomiques ?

Outre-Manche, les vétérinaires exhortent les futurs propriétaires de chiens à renoncer à prendre des races de chiens à face plate comme les carlins, les bouledogues et les shih-tzu, qui peuvent connaître des problèmes de santé débilitants, directement liés à leurs caractéristiques physiques.

Ces chiens, qui font partie des races brachycéphales, sont devenus extrêmement populaires après que quelques stars en aient choisis pour compagnons, mais leur museau écrasé entraîne de graves problèmes de respiration et même des difficultés pour se nourrir, ainsi que des problèmes oculaires.

La British Veterinary Association, qui représente les vétérinaires à travers le Royaume-Uni, a encouragé les futurs propriétaires de chiens à choisir une race saine ou un chien croisé.

« Face à la popularité grandissante de ces races, les vétérinaires se sentent légitimement concernés par le bien-être et la bonne santé des chiens », a déclaré Sean Wensley, président de la BVA. « Les propriétaires doivent être conscients que ces chiens peuvent souffrir de nombreux problèmes de santé tout au long de leur vie, d’ulcères à l’oeil à des anomalies de la colonne vertébrale, en passant par des difficultés respiratoires graves qui peuvent entraîner un recours à la chirurgie. Ces chiens sont très populaires, mais aussi en souffrance et ne sont pas forcément des chiens de compagnie heureux, nous encourageons donc fortement les gens à penser à choisir une race saine ou croisée à la place. »

Pour le Dr Rowena Packer, chercheur au Royal Veterinary College, ce sont les caractéristiques physiques développées par des années d’élevage sélectif qui ont entraîné les problèmes de santé rencontrés par les chiens brachycéphales :

« Fondamentalement, la sélection artificielle a choisi cette forme faciale plutôt qu’une autre, sauf que celle-ci n’est pas compatible avec la nature. Ces chiens ont beaucoup de mal à faire de l’exercice, et même à se nourrir correctement, au point que les pet-fooders leur aient conçu des régimes spécifiques, parce qu’ils ont des difficultés à mâcher et avaler ».

« Si vous élevez des chiens aux formes physiques extrêmes, peu importe que vous soyez un bon éléveur, vous engendrez des chiots qui auront un risque très très élevé d’avoir une mauvaise santé et de pâtir de nombreux problèmes. Ces chiens sont des catastrophes anatomiques, et les vétérinaires doivent en parler, même si c’est mauvais pour le business », renchérit Sean Wensley. Cet avertissement est au moins la troisième déclaration du genre de la part de la BVA sur les problèmes de santé rencontrés par ces chiens.

Le Kennel Club avance pour sa part que ces problèmes sont apparus à cause d’éleveurs peu scrupuleux qui ont délibérément élevés des chiens hypertypés. Caroline Kisko, secrétaire du Kennel Club, a ainsi déclaré :

« Les races telles que le bouledogue français et le carlin ont vu une augmentation soudaine de leur popularité ces dernières années, conduisant à une énorme demande. Cela a fourni un marché pour des éleveurs sans scrupules qui ont produit des chiots uniquement pour le profit, en dehors de toute réglementation, sans égard pour leur santé et leur bien-être ».

Elle a encouragé les propriétaires potentiels à se renseigner auprès du club de race le plus proche de chez eux pour prendre des renseignements.

Mais précisément, la secrétaire d’un des clubs de ces races, qui a préféré ne pas être citée par le Guardian, a critiqué le Kennel Club en affirmant que l’organisation avait tout de même enregistré des chiots en dépit de leurs divergences par rapport aux normes reconnues de la race. Et cela, selon elle, aurait exacerbé le problème. Elle confirme en tout cas que le nombre d’inscriptions à son club était monté en flèche durant la dernière décennie.