Un pitbull est moins agressif qu’un chihuahua !

Le quotidien américain The Irish Examiner les a baptisés « bombes à retardements sur pattes ». La Cour Suprême du Kansas en fait « un risque de santé publique ». Même Dostoïevski les considérait comme des « bêtes terribles ». Les rottweillers et les pitbulls n’ont jamais eu bonne presse. Mais une nouvelle étude démontrerait que les stéréotypes sur les races de chiens et leur agressivité supposée se fondent sur de mauvaises bases.

Le site Web Dognition a réuni des informations sur le comportement des chiens, grâce aux données renseignées par leurs propriétaires lors de leur inscription pour tester la cognition de leur animal. Un échantillon de personnes ont été interrogées sur le niveau d’agressivité de leur chien dans différentes situations – envers des personnes nouvelles ou familières, des enfants nouveaux ou familiers, et envers des chiens nouveaux, familiers, petits ou grands. Plus de 4000 propriétaires ont répondu.

Pour chaque cas, sur près de 35 races parmi les plus communes, c’était les chihuahuas qui étaient notés comme les plus agressifs, particulièrement envers des chiens plus grands qu’eux qu’ils n’avaient jamais vus auparavant. Les autres races n’étaient pas notées comme particulièrement agressives. Les chihuahuas sont apparus comme « modérément agressifs » ou « parfois agressifs », et la donnée a été d’autant plus remarquée que les autres races, y compris carlins, border collies et Cavalier King Charles étaient indiqués comme « rarement agressifs » ou « jamais agressifs ».

L’American Pitbull Terrier, une race généralement présentée comme extrêmement agressive, apparaissait systématiquement comme la moins agressive d’après ces données, sauf visà-vis de chiens nouveaux, et il était néanmoins moins « méchant » que le Schnauzer nain. Les propriétaires de pitbulls étant plus conscients que les autres des stéréotypes attachés à la race, ils pourraient avoir donné des réponses biaisées. Néanmoins, ces résultats concordent avec ceux de l’American Temperament Test, qui estimait aussi que les pitbulls étaient l’une des races les plus placides et tolérantes.

Les chiens sont des animaux carnivores, dotés d’une dentition ad hoc. Donc il peut leur arriver, effectivement, de mordre. Plus de 300 000 Américains se rendent aux urgences chaque année pour des morsures de chien, et en moyenne, 25 personnes meurent des suites de leurs blessures. Depuis les années 1980, en réaction, plus de 900 villes ont mis en place une législation spécifique à ces races (Breed Specific Legislation, ou BSL). Les mesures sont classiques et vont du port d’une muselière à l’euthanasie. Bien que d’autres races comme les Rottweilers, les chow-chow et même les chihuahuas peuvent être parfois concernés par ces l&gislations, elles sont en général toujours conçues à l’attention des pitbulls.

Ceci est problématique, puisque non seulement les études démontrent que ces chiens ne sont pas du tout les plus agressifs, mais en plus les gens ignorent souvent ce qu’est exactement un pitbull. American Staffordshire Terrier, Staffordshire Bull Terrier, American Pitbull Terriers, mélange de toutes ces races, elles peuvent toutes être appelées « pitbull », et même une personne très connaisseuse peut avoir du mal à les distinguer. Des études récentes démontraient que les personnels des refuges se trompaient dans l’identification des races entre 50 et 87% du temps. Quand un test ADN identifiait la race principale d’un chien comme étant un Dalmatien, le refuge en avait fait un terrier. Si le chien était un Malamute d’Alaska, il se transformait en berger australien !

Lorsqu’un hôpital gère une blessure par morsure de chien, l’équipe se base généralement sur le témoignage de la victime, des parents, ou d’une personne témoin de l’accident. Personne ne fait jamais de test ADN pour être sûr de la race de l’animal. La couverture médiatique de ces faits divers ne fait pas gagner en précision et tend même à entretenir une certaine hystérie. En 2008, l’attaque d’une femme par un pitbull et son hospitalisation ont généré près de 230 articles et autant de reportages télé. Quelques jours plus tôt, un chien croisé avait tué un enfant de 16 mois. Seul le journal en a parlé à deux occasions.

Toutes les grandes organisations, de la Humane Society jusqu’à l’administration Obama, s’opposent aux législations spécifiques en raison de leur inefficacitée largement démontrée. A titre d ‘exemple, après avoir interdit les pitbulls en 1984 et fait euthanasier des milliers d’animaux, la ville de Denver a connu plus de personnes hospitalisées à cause de morsures de chiens que n’importe quelle autre ville du Colorado.

Plutôt que de pousser à la mise en place de telles législations, les éthologues tâchent de mieux comprendre dans quel contexte le chien a mordu, et quelles ont été les interactions qui ont facilité l’attaque. Et le recours à des tests génétiques précis et rapides permettrait de ne plus se tromper sur la race du chien mordeur et de rendre les statistiques plus précises. Peut-être qu’à l’avenir la génétique pourra mieux prédire les caractères agressifs et prémunir contre de potentielles attaques.

Mais désormais, vous ne pourrez plus faire de délit de sale gueule et dire que tel ou tel chien mordra certainement… Exactement comme pour les humains !